contes_tordus

Contes tordus

Présentation *

Dans une boîte à musiques, à couleurs, à paroles et à danses on y trouve le goût de la vie, une petite fille penchée, un garçon instable et l’impérieuse nécessité de se rejoindre, se re-lier. Un duo, quatre contraintes où faufiler nos histoires secrètes, nos tremblements. « C’est l’enfance de l’autre qui glisse dans les doigts… ».

J’ai envie de partager avec Christophe un univers fantasque pour exposer avec lui l’énigme de la maternité du mot et du mouvement. Oserais-je en parler ? Lui et moi nous construirons des contes avec nos corps imaginaires et nos histoires secrètes. Nous serons toujours dans des processus de rattrapages maladroits ; car c’est de l’héroïsme que de vivre le quotidien et inventer de jour en jour du magique à partir de la réalité. Et c’est ça le conte. Le conte de fée est mi-doux, mi-cru, mi-amer, mi-tendre, mi-familier, mi-étrange, mi-effrayant, mi-attirant. Il arrive à n’importe qui. Les personnages n’ont pas de nom et l’histoire est un mélange d’événements ordinaires et de faits merveilleux. J’ai envie de partager avec Christophe un univers fantasque pour exposer avec lui l’énigme de la maternité du mot et du mouvement. Oserais-je en parler ? Lui et moi nous construirons des contes avec nos corps imaginaires et nos histoires secrètes. J’ai envie de nous mettre dans des processus de rattrapages maladroits ; car c’est de l’héroïsme que de vivre le quotidien et inventer de jour en jour du magique à partir de la réalité. Et dans les contes, ce qui m’émeut c’est la naïveté des personnages dans leurs choix. Le conte de fée est mi-doux, mi-cru, mi-amer, mi-tendre, mi-familier, mi-étrange, mi-effrayant, mi-attirant. Il arrive à n’importe qui. Les personnages n’ont pas de nom et l’histoire est un mélange d’événements ordinaires et de faits merveilleux.
Julie Nioche

Nous construisons avec nos corps imaginaires et nos histoires secrètes des contes. Dans une boîte à musiques, à couleurs, à paroles et à danses : le goût de la vie, la petite fille penchée, le garçon instable, je vous ai cherché quatre jours et quatre nuits.
Cette association pour moi est un désir dans les invraisemblables mouvements auquel mon corps dans ce monde est contraint. je voudrais marcher sur la tête et rentrer dans un trou, m’enthousiasmer sans rire, ramper dans le désert et revoir ce que je ne verrai plus, dégager des failles de l’Homme sous forme de contes, de courtes délivrances de sens et les lier avec le corps et me laisser absorber par les propositions chorégraphiques de Julie. Nous parlons ensemble souvent du mot
réparation lorsqu’il est question de notre duo, et ce mot déjà me tente, comme si ces contes tordus, tel des haïkus, des montagnes fragiles de peu de mots pouvaient extirper une grâce viable et un sens non codifié à nos entraves, nos outrages, nos disparitions multiples, et la nécessaire innocence pour rester surpris de vivre encore. L’intérêt du frottement des disciplines ici est d’une telle évidence pour moi, comme de fondre l’ouvrage écrit de peu de mots et de silences et l’ouvragé du corps en questions.
Christophe Huysman

Équipe artistique & production *

Conception et interprétation Julie Nioche et Christophe Huysman
Texte Christophe Huysman
Chorégraphie Julie Nioche
Musique Alexandre Meyer
Création décor et lumières Gilles Gentner
Costumes Anna Rizza
Assistante décor Hélène Eiché

Production A.I.M.E. — Association d’Individus en Mouvements Engagés
Coproduction compagnie Les Hommes penchés, Le CentQuatre — établissement artistique de la Ville de Paris, Le Phénix — SN de Valenciennes, Le Forum — SC de Blanc-Mesnil, Iciss La Coopération Inter-régionale Stimulante et Solidaire.
Crée dans le cadre des « Sujets à Vif », coproduction SACD/Festival d’Avignon.
Ce projet débute par de courtes périodes de résidence en janvier 2011 à L’échangeur de Fère-en-Tardenois, enfévrierau Manège de Reims et enmarsau Vivat à Armentières. Ces trois partenaires sont rassemblés autour des projets de Julie Nioche et A.I.M.E. au sein de La Coopé-ration Interrégionale Stimulante et Solidaire. Le 2 avril 2011, une première étape de travail fut présenté au Vivat, Armentières. Suivi de la résidence au CentQuatre à Paris du 29 juin au 13 juillet 2011.

Extraits vidéos & photos du spectacle *

Tournées *

Création 2011 − 2012

Du 19 au 25 juillet 2011 représentations au Festival d’Avignon dans le cadre des « Sujets à Vifs » avec le soutien de la SACD et du Festival d’Avignon,
les 24 et 26 janvier 2012, Le Manège de Reims,
les 11, 12 et 18, 19, 20 février 2012, le CentQuatre Paris,
le 17 mars 2012, Le Phénix SN de Valenciennes,
du 16 au 18 décembre 2012, au Hangar 23 Rouen,
les 14 et 15 février 2013, Le Safran Amiens,
le 18 mai 2013, Théâtre Arles.

Revue de presse *

Danser magazine
Libération
Mouvement.net